La mort, fatalité humaine ? - Matthieu 3, 1-12 

Il est difficile en cette période de Noël de se concentrer d’abord sur l’avant-Noël, ce que nous Chrétiens osons encore appeler le temps de l’Avent. Le message de Jean-Baptiste (JB) aussi détonne. Voilà ce personnage désormais incontournable, prêcher un retour à l’essentiel. Il secoue la foule, se met les autorités religieuses sur le dos et suscite la colère d’Hérode. Jean-Baptiste prépare la venue du Messie, celui qui porte toutes les espérances d’un monde nouveau et différent. Avant cela, doit s’opérer un changement de mentalités et de comportements.   

On pourrait croire que c’est un texte d’un autre temps, qu’il est dépassé. JB, c’est la voix d’un homme qui crie dans le désert. Quand personne écoute ou ne veut pas prêter l’oreille, on élève la voix jusqu’à ce que cela devienne cri. JB sait qu’il dérange, sa tribune est le désert là où il faudra le chercher et à aller le chercher. La foule s’est déplacé en nombre.  Il sait toute la détresse spirituelle d’un peuple dont la pratique religieuse se limite à une bonne observance des rites et des traditions et où le message est passé au second plan. Et nous voilà au cœur du défi du message à annoncer en cette période : que veut dire pour nous concrètement la venue d’un Sauveur, la venue de Dieu dans notre humanité ? Il ne suffit pas de dire je crois en Dieu (v.9) et que finalement il n’y ait aucune répercussion sur nos actes. Comment traduire ma foi en actes, comment la traduire dans le vivre ensemble en communauté religieuse et civile ?

 Vaste sujet qui devient tout de suite très intellectuel et existentiel alors que nos contemporains se laissent attirer par le décorum de Noël et préfèrent de loin rêver et s’échapper du quotidien. Il faut à tout prix faire de Noël une fête laïque pour qu’elle touche un grand nombre de clients et de consommateurs potentiels.

Alors il est difficile de proclamer un discours alternatif. Depuis quelques semaines, on est entré dans l’artificiel des décorations ternes. Nous en église, nous vos pasteurs, nous les croyants, nous voulons nous recentrer sur l’essentiel. Dieu vient pour nous relever et nous sauver, pour que nous puissions croire dans le bouleversement des hiérarchies (Esaïe 11, 6-8) parce qu’avec Dieu tout est possible. Puissions-nous reconnaître la venue de Dieu dans notre existence quotidienne. Amen.       

(Pasteur Didier Meyer)