La voix de la raison et la voix de la grâce - Luc 13, 6-9

 

Décider de couper un arbre ne se fait pas à la légère. Un arbre prend du temps à pousser et à donner des fruits. C’est donc un investissement de plusieurs années de patience et d’utilisation d’un carré de terre pour cet arbre. On y croit, on espère, on attend…. s’il n’y a rien on est déçus.

L’Evangile nous rapporte l’histoire d’un figuier qui après trois années (durée après laquelle tout figuier est sensé produire des figues) ne donne toujours rien. Le propriétaire décide donc, tout à fait légitimement, de le couper. Avant de juger trop durement ce propriétaire, rappelons-nous que dans cette région du monde un figuier pousse facilement, sans soin. Ce figuier qui ne donne pas de fruits après trois ans et une anomalie, et la décision du propriétaire de le couper est tout à fait raisonnable et juste. Car cet arbre occupe la terre, il rend la terre inutile (Luc 13,7). Non seulement il ne produit rien mais empêche d’autres plantes de produire des fruits sur la parcelle qu’il occupe. La décision du propriétaire c’est la voix de la raison et de la justice

Alors intervient le vigneron, qui demande pour ce figuier une année supplémentaire. Le vigneron intercède pour le figuier, et va plus loin : il s’engage à agir en creusant autour, en répandant du fumier, et donnant tous les chances possibles au figuier. Après cela, tout aura été fait pour le figuier, et s’il ne produit rien on ne pourra plus rien pour lui.

Cette parabole nous invite à nous demander si, dans nos vies, nous n’entretenons pas aussi des figuiers stériles, des choses qui occupent « notre terre intérieure » inutilement. On peut penser à notre utilisation du temps, souvent perdu en choses futiles. On peut penser à tout ce que l’on achète et qui encombre nos maisons. On peut encore penser à des relations qui malgré tant et tant d’efforts restent compliquées, ne produisant aucun bon fruit et puisant dans nos ressources vitales.

Le vigneron c’est la voix grâce. La grâce n’annule pas la décision du propriétaire, elle demande un délai pour donner encore une chance. La grâce déploie tout ce qui est possible pour que le figuier s’en sorte.

Ce vigneron est comme le Christ, qui nous donne sa grâce mais nous enjoint de porter du fruit et nous donne tout ce qu’il faut pour cela.

(Ludovic Papaux, pasteur)