17.05.2020

Jean 14, 15-21 : Jésus, notre meilleur avocat

Introduction

Lorsque nous nous rassemblons ainsi au nom du Seigneur, il est présent au milieu de nous. Quelques jours avant de célébrer son Ascension auprès du Père, nous l’entendons promettre à ses disciples qu’il leur enverra l’Esprit Saint. Cet Esprit qui a été donné à l’Église au jour de la Pentecôte nous permet de rester fidèles au commandement d’amour du Christ lui-même. Que l’Esprit Saint nous donne de prier d’un même coeur et d’accueillir la Parole du Dieu vivant. Amen.

Bénissez Dieu, ô peuples ! Faites résonner sa louange ! C’est grâce à lui que nous vivons; il nous a gardés de la chute. Venez, vous qui craignez Dieu, Je vous raconterai Ce qu’il a fait pour moi. Béni soit Dieu, il est accessible à ma prière, Il me conserve son amour. (Extraits du Psaume 66)

 

Prière d’ouverture

Dieu notre Père, tu nous as donné l’Esprit de vérité, promis par ton Fils, au jour de notre baptême et de notre confirmation. Viens raviver en nous le don que tu nous as fait. Ainsi, nous resterons fidèles à tes commandements et nous t’aimerons de tout notre coeur, toi le Dieu d’amour pour les siècles des siècles. Amen.

 

Méditation

Jésus sait sa mort prochaine. Il est donc lancé dans un discours d’adieux. Il utilise pour ce faire un vocabulaire juridique. Les anciennes traductions parlent de « Paraclet », forme passive d’un verbe grec et qui signifie « celui qui est appelé, ce qui vient au secours, celui qui témoin de la défense » : La traduction biblique a adopté le terme de « défenseur ». Jésus se pose désormais comme le défenseur des disciples et de nousmêmes. C’est le Saint-Esprit qui va donc parler au nom de Jésus. L’arrestation et sa mort provoqueront des turbulences ; tout de suite après la Résurrection et après, lorsqu’il s’agira de gérer l’après Jésus. Jésus ne sera plus là pour défendre et enseigner les disciples ; ils risquent d’être livrés à eux-mêmes sous la pression des persécutions à venir. Ils seront confrontés également aux questions de succession et aux stratégies liées à l’annonce de l’Évangile comme Luc s’en fera l’écho dans les Actes. Pour le moment, les disciples écoutent Jésus sans trop savoir la finalité de son discours, avec de l’incompréhension. Ils ne se rendent pas pleinement compte que Jésus leur livre son testament. A quelques jours de Pentecôte, nous voilà instruits par Jésus au sujet de l’Esprit Saint. Lors de son baptême, Dieu s’était manifesté par son Esprit à travers une colombe, pour marquer sa présence et sa proximité. Auprès de la femme adultère par exemple, plaidant la cause des délaissés et des déshérités, Jésus est le premier avocat (paraclet), oeuvrant comme conseil et secours. Ici, Jésus nous présente un autre pan de l’Esprit Saint par le « Défenseur ». Il arrivera un temps où il ne sera plus présent physiquement ; par le Saint-Esprit, il sera pourtant bien là pour défendre, aider et soutenir ceux et celles qu’il aime. Le verbe aimer d’ailleurs est répété pas moins de dix fois dans les versets 15-24. C’est comme si c’était un refrain. Un refrain insistant comme pour signifier que malgré les difficultés à venir, l’amour que le Christ a pour ses disciples et inversement, ne peut finir ni s’altérer. Tout peut arriver, l’amour demeure. C’est le Saint Esprit qui permettra aux disciples de se défendre lorsqu’ils seront poussés dans leurs derniers retranchements concernant leur foi. Ils pourraient être bien secoués, salis et mis en cause, juste pour mettre leur bonne foi en question. La lettre de Pierre exhorte les disciples à être prêts à rendre raison, à rendre compte de l’espérance qui est en eux. Tout ceci ne peut se faire sans la présence d’une manière ou d’une autre de Jésus. L’Évangile nous dit que désormais, quoi qu’il arrive et arrivera, nous avons un Défenseur. Nous avons besoin de cet Esprit pour défendre encore aujourd’hui notre foi non contre des turbulences mais bien contre l’indifférence. De plus en plus, dans nos entourages respectifs, nous sommes amenés à défendre notre foi, non pas parce qu’elle serait attaquée mais déconsidérée. Cette assurance que nous ne sommes pas seuls et que Jésus nous est proche, est déterminée par l’amour que nous lui vouons. De là dépendent le respect de ses commandements dont le principal sinon le seul est l’amour : l’amour pour Dieu, l’amour pour le prochain. Les modalités pratiques nous les trouvons dans le sermon de la montagne et les nombreux enseignements que Jésus a donnés au gré de ses rencontres. L’amour n’est pas seulement un mot, un beau principe qui s’afficherait comme un panneau lumineux et clignotant. Il est aussi une mise en pratique pour laquelle nous avons besoin d’aide. Seul l’Esprit Saint peut nous l’offrir. Prions sans cesse que l’Esprit de Jésus vienne dans nos coeurs et dans nos communautés paroissiales. Sans cet Esprit, nos coeurs seront secs et notre amour indifférent. Que son Esprit nous donne en toutes circonstances l’enthousiasme et la disponibilité des coeurs pour les ouvrir à d’autres et pour qu’ensemble nous trouvions le chemin de la vérité. Amen.

(Pasteur Didier Meyer)

 

Textes du jour : Psaume 66 – Actes 8, 5-8.14-17 – 1 Pierre 3, 15-18 – Jean 14, 15-21

 

L’Esprit promis par Jésus est vérité de l’amour de Dieu dans nos vies. Malgré nos infidélités, malgré nos mensonges, malgré notre manque de courage, malgré notre manque d’espérance, l’Esprit Saint, l’Esprit de vérité, l’Esprit de Dieu et du Christ agit en nous. Il témoigne en nous, il nous confirme l’alliance d’amour de notre Dieu avec nous. Il nous rappelle que la Résurrection du Christ a remporté pour toujours la victoire sur notre mort, sur toutes nos morts.

(Samuel Sahagian, pasteur de l’Église Protestante Unie de France)

 

Prière d’intercession

Jésus lui-même a prié pour ses disciples. Il prie aussi pour nous comme pour toute l’humanité.

• Seigneur, nous te confions tous les membres de notre paroisse et de notre communauté, nous te recommandons les jeunes en particulier ceux et celles qui s’apprêtaient à célébrer par leur baptême et leur confirmation une nouvelle étape de leur vie chrétienne. Nous te demandons de les encourager malgré le report des dates de célébration et de culte.

• Nous te confions ceux qui vivent des situations difficiles, ceux qui traversent de lourdes épreuves. Nous te confions les orphelins et les enfants laissés pour compte, nous te remettons tous ceux et celles victimes de violence.

• Nous te remettons les chrétiens persécutés, qu’ils trouvent en toi leur défenseur et consolateur.

• Seigneur, par ton Esprit, visite et soutiens ceux qui sont attristés. Tu es l’avocat, et le consolateur de chacun. Soulage et réjouis le coeur de tes enfants.

• Seigneur Dieu viens au secours de tous ceux qui, aujourd’hui, sont victimes de la guerre, de l’intolérance, de la pauvreté et la précarité.

• Attire à toi ceux qui s’éloignent de ton amour par indifférence ou par révolte. Écoute nos prières, lorsque nous te disons, unis les uns aux autres …

Notre Père...

 

Bénédiction

Béni soit Dieu le Père de Jésus Christ, notre Seigneur, car il a relevé son Fils d’entre les morts et il lui a donné le nom plus haut que tous les noms à la louange de sa gloire ! Béni soit Dieu, maintenant et toujours !

Amen.