Recevoir l'Esprit Saint - Jean 20,22

Je crois au Saint-Esprit. Ce sont les mots de la confession de foi du symbole des Apôtres. Nous pouvons les réciter sans forcément y prêter attention, puisque nous l’avons toujours fait ainsi. Comment parler du Saint-Esprit auquel nous croyons alors que nous pouvons à peine nous le représenter ? Comment pouvons-nous reconnaître son action ? 

Les disciples découvrent le Saint-Esprit. Ils sont paisiblement assis ensemble pour un temps communautaire quand il fait irruption dans leur quotidien. Il se manifeste dans un vent violent et des langues de feu viennent se poser sur chacun d’eux (Actes 2.2-3). Ils ressentent ainsi son action et les conséquences qui en découlent : désormais ils peuvent parler d’autres langues (Actes 2.4). Dans l’Évangile de Jean, Jésus avait déjà abordé ce thème. Le jour arrivera, où il ne sera plus là et il enverra l’Esprit Saint, le Défenseur afin qu’il se manifeste à travers lui. Les disciples ne comprenant pas grand-chose dans les discours d’adieux de Jésus, ils vont à présent expérimenter le Saint-Esprit. 

Devant une foule venue en pèlerinage à Jérusalem, ils auront la force de s’exprimer dans la langue de chacun d’eux. Ils sortent de leur mutisme et de leur torpeur, dans lesquels la Résurrection les avait laissés. La joie de la Résurrection est devenue angoisse devant les incertitudes du lendemain. Ils vont proclamer leur foi avec courage et audace, témoin le discours de Pierre qui suit immédiatement ce texte. Le Saint-Esprit est déposé personnellement sur chaque apôtre. Ils pourront parler des grandes œuvres de Dieu. La lettre aux Corinthiens parle des dons de l’Esprit dont chacun d’entre nous a été gratifié, les dons sont distribués à chacun en particulier. Ces dons sont donnés pour l’utilité commune et sont au service de la communauté (Actes 2.7). La Bible raconte comment les patriarches déjà, les serviteurs, les juges, les rois, les prophètes, les missionnaires et les prédicateurs sont investis dans leurs ministères particuliers en recevant le Saint-Esprit. 

Si le Saint-Esprit est un don individuel, il est aussi donné à l’Église. Chaque acte qui est célébré, est opéré au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Nous invoquons, prions et demandons la présence à la fois du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Nous affirmons nos convictions et notre espérance, et nous rappelons pourquoi nous nous rassemblons. 

Martin Luther dans son « Petit Catéchisme » insiste sur cette omniprésence du Saint-Esprit et écrit : « de même le Saint-Esprit appelle, assemble, éclaire et sanctifie toute la chrétienté de la terre et la maintient, en Jésus-Christ dans l’unité et la vraie foi. ». Omniprésence active, le Saint-Esprit nous protège dans l’adversité nous soutient et nous incite à porter des fruits, dont le livre des Galates dresse la liste. Porteurs de sens et de fruit, par l’espérance insufflée du Saint-Esprit. Amen. 

(Pasteur Didier Meyer)

Lectures du jour : Actes 2,1-11 – 1 Corinthiens 12, 4-11- Jean 20, 19-23