Un manteau en héritage : la paternité spirituelle –
2 Rois 2, 1-15

On ne devient pas qui on est sans les autres. On ne se forge pas seul. Nous avons certainement tous eu, à un moment de notre vie, une personne qui nous a particulièrement marqué, notamment dans le domaine de notre vie spirituelle : un parent, un ami, un auteur, un professeur, un pasteur… Elisée a eu le prophète Elie comme père spirituel et Timothée a eu l’apôtre Paul.

Reconnaissance – Nous pouvons être reconnaissant pour les personnes que Dieu a placé sur notre chemin pour nous faire grandir dans la foi. 

Continuité – Nous sommes appelés à poursuivre ce qu’ils ont fait. Jésus nous invite même à ceci : « Si vous mettez votre foi en moi vous ferez les œuvres que je fais, vous en ferez même de plus grande parce que je vais au Père. » (Jean 14, 12) Est-ce que nous faisons les mêmes œuvres que Jésus ? Est-ce que les boiteux marchent, les aveugles voient, les sourds entendent ? Est-ce que le Royaume de Dieu est annoncé, la libération donnée aux captifs ? Sans doute pas, mais la promesse est là. Comme un potentiel encore caché en nous. C’est une promesse, et il faut la prendre au sérieux. Être chrétien c’est avancer en disciple à la suite du Christ, et faire les œuvres qu’il a faites. Agir, parler, vivre en son nom : en résumé, lui ressembler.

Transmission – Nous avons aussi à transmettre à notre tour le flambeau de l’Evangile. Nous avons à être des Elie ou des Paul pour la jeune génération des Elisée et des Timothée. Osons être comme Elie qui a lancé son manteau sur Elisée pour l’appeler. Osons être comme Paul qui a encouragé, enseigné, et appelé Timothée à continuer son œuvre.

Entendons la promesse de Jésus pour nous : vous ferez aussi les œuvres que je fais. A nous d’être des maillons de la chaîne de transmission de cet héritage. Aujourd’hui, à qui allez-vous adresser cet appel ? À qui allez-vous transmettre le feu de votre foi ? À qui allez-vous donner votre manteau en héritage ?

(Ludovic Papaux, pasteur)

 

Textes bibliques : 2 Rois 2, 1-15 / 2 Timothée 1, 1-7 / Jean 14, 12-14