« Ta Parole m’attire l’insulte et la moquerie » (Jérémie 20,8)

Souffrir pour sa foi, mourir par amour du Christ, c’est la réalité de nombreux Chrétiens dans le monde. Mais pourquoi choisir le témoignage plutôt que la fuite devant la violence et la barbarie ? Je crois que le dialogue suivant entre Frère Christian et Frère Christophe, deux moines de Tibhirine assassinés par des extrémistes en 1996 donne un éclairage. Cet extrait est tiré du film « Des hommes et des dieux » de Xavier Beauvois qui retrace leur histoire :

- « Frère Christophe : Mourir là, maintenant, ici. C’est vraiment utile ? Je sais plus. J’ai l’impression de devenir fou.

- Frère Christian : C’est vrai, rester ici, c’est… c’est aussi fou que de devenir moine. Mais rappelle-toi, ta vie, tu l’as déjà donnée, tu l’as donnée à la suite du Christ quand tu as décidé de tout quitter, ta vie, ta famille, ton pays, la femme et les enfants que tu aurais pu avoir. 

- Frère Christophe : Je sais plus si c’est encore vrai. Je prie, mais j’entends plus rien. Puis, je comprends pas, on est martyre pour quoi ? Pour Dieu ? Pour être des héros ? Pour montrer qu’on est les meilleurs ?

- Frère Christian : Non, non, non, on est martyres par amour, par fidélité. La mort, si elle nous prend, c’est malgré nous parce que jusqu’au bout, jusqu’au bout, on va essayer de l’éviter. Notre mission ici, c’est d’être frères de tous et rappelle-toi, l’amour espère tout, l’amour endure tout...

- Frère Christophe Pardon… »

Textes bibliques : 
Jérémie 20, 7-9 / Romains 12, 1-2 / Matthieu 16, 21-27