Sans moi, vous ne pouvez rien faire. 

Un cep porte des sarments, une plante donne des fleurs et un arbre produit des fruits…C’est d’une logique implacable. Pourrions-nous dire la même chose de notre vie avec le Christ ? Une vie avec Jésus est-ce d’une même logique implacable ? « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Jean 15.5), dit Jésus.

Quelle est la place que Jésus occupe dans notre vie ? Est-il mon Seigneur et mon maître ? Ses enseignements et ses paroles sont-ils la lumière sur mon chemin de vie ? Reconnaître Jésus dans sa vie et le confesser, c’est pouvoir porter du fruit (v.5) pour enrichir et remplir sa vie de sa présence, au niveau familial, professionnel ou communautaire. Ce n’est pas toujours facile de suivre ses traces, de faire nôtre ses commandements et ses exhortations, de le placer au premier rang de notre vie et de notre agir. 

Le 3 mai 1981, j’ai confessé Jésus-Christ comme mon Seigneur et mon Sauveur le jour de ma confirmation. 40 ans plus tard, j’ai certes évolué. Mais une chose n’a pas changé. La fondation et la pierre sur lesquelles j’ai fondé ma foi, sont restées intactes. Sans elles, sans Jésus, en effet, je ne peux rien faire. Il m’a été demandé si je veux demeurer en lui. Et en demeurant avec lui, cela signifie que je participe à la réalisation de son projet qui est la construction d’un royaume de paix et de joie. Et je suis invité à porter des fruits. 

Paul détaille dans une lettre quels sont ces fruits. Ils se nomment l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi (Galates 5.22). Cela fait beaucoup de choses à porter pour une seule personne. Cela fait aussi un sacré programme à réaliser. Cela est une disposition de vie et de foi à endosser. C’est une « hygiène » et une conduite à adopter.

 Détailler l’ensemble de ces fruits merveilleux à réaliser, à porter et à faire mûrir, pourrait faire l’objet de plusieurs prédications. Demeurer en Jésus et nous aimer les uns les autres (1 Jean 3.23), c’est ainsi que Jean complète son propos. Il nous dit que rester avec Jésus, c’est croire et la foi s’exprime par l’amour que nous nous portons les uns les autres. Rester non pour rester, mais rester pour vivre de la présence et de l’amour du Christ. 

  (Pasteur Didier Meyer)

Textes du jour : Actes 9.26-31 – 1 Jean 3.18-24 – Jean 15.1-8