Dimanche de Pentecôte- 23 mai 2021

Souhaiter le meilleur 

Inscrite sur le calendrier religieux et civil, la Pentecôte est la fête du Saint-Esprit. Jésus est désormais absent physiquement ; la présence de Jésus se vit à présent de manière spirituelle. Jésus lui-même a parlé de l’Esprit : dans l’Évangile de Jean, il nous parle de l’esprit de consolation, notre défenseur, le Paraclet, celui qui prendra à présent notre défense. Ce qui était obscur aux disciples, est maintenant réalité. Ils sont investis par le Saint-Esprit, pour annoncer la bonne nouvelle et la transmettre, et pour cela ils auront besoin de toutes les forces, que seul l’Esprit de Jésus peut leur donner. 

Par le Saint-Esprit, c’est Dieu qui se manifeste à nous. Si c’est déjà difficile de parler aux adultes de l’Esprit, qu’en est-il quand il faut l’expliquer aux jeunes du catéchisme. Jésus se manifeste à nous par le Saint-Esprit et par le don des fruits de ce même Esprit. C’est la teneur de la lettre de Galates. Et à la lecture de ce texte, il nous faut nous interroger : qu’est-ce qui anime notre foi ? Qu’est ce qui donne sens à notre foi ? Il ne suffit pas de dire, je crois ou de dire « Seigneur, Seigneur » pour être croyant. Il faut aussi que cette foi se manifeste et se visualise par les actes que nous posons. Et dans la logique évangélique, cette foi se manifeste dans l’amour que nous nous portons les uns les autres. Une paroisse est une communauté non parce qu’elle a une bonne santé ou parce qu’elle compile les activités. Elle montre qu’elle est une communauté dans sa capacité à manifester l’amour de Dieu entre les membres qui la composent. Ainsi tombe cette très belle énumération des fruits de l’Esprit : voilà ce que nous sommes invités à produire pour faire vivre la loi de l’amour entre nous. Paul revient un moment sur la loi, faite d’interdictions et de prescriptions et dont il fallait s’acquitter pour être un vrai croyant. La loi d’amour qu’il énonce à présent nous parle d’un devenir chrétien. Car disons-le sans détour, nous sommes parfois loin de l’accomplissement parfait et fidèle de cette énumération. 

Peut-être pourrions-nous avancer une piste. La réussite de l’accomplissement de la loi d’amour, réside en ceci. Que souhaitons-nous de meilleur pour notre prochain ? Et souhaitons-nous vraiment le meilleur pour notre prochain ? Une chose est sûre et certaine : personne d’entre nous n’est parfait. 

Et c’est à ce titre que nous avons besoin que Dieu souffle son Esprit sur nous pour que nous puissions témoigner de la bonne nouvelle de Jésus-Christ, produire des fruits et ainsi lui plaire. Car « ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1.7). Amen. (Didier Meyer)

 

 

Textes du jour : Actes 2.1-11 – Galates 5.16-25 – Jean 15.26-27 et Jean 16.12-15