Célébration du 4e dimanche de Carême
22 mars 2020

Version PDF

Prière d’introduction

« Notre secours est dans le nom du Seigneur,
qui a fait le ciel et la terre. » (Ps 124, 10)

Bénis sois-tu Seigneur pour ce jour et toutes les joies qu’il contient.
Bénis sois-tu pour la communion avec nos frères et sœurs. Malgré la distance qui nous sépare durant ces quelques semaines, ta Parole nous rassemble et nos prières s’unissent en un même élan vers toi.
Nous te louons et nous te rendons grâce pour ton amour qui nous accompagne quelques soient les circonstances de nos vies. Amen.

Psaume 23

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
Pour les siècles des siécles.
Amen !

(chant)

Demander et accueillir le pardon

Seigneur, pardonne nos silences quand il nous fallait parler ;
Pardonne nos vaines paroles quand il nous fallait agir ;
Pardonne nous d’avoir confondu l’Évangile avec nos fausses sagesses ;
Pardonne-nous notre manque d’amour et de générosité ;
Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Seigneur écoute et prends pitié
Christ prends pitié,
Seigneur prends pitié. Amen.

 

Dieu nous pardonne.
« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. » Celui qui met sa confiance en Dieu et trouve sa joie en Jésus Christ est sauvé.
Amen !

Texte biblique

Évangile selon Matthieu 14, 22-36

22 Aussitôt Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules.
23 Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.
24 La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.
25 Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
26 En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier.
27 Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
28 Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
29 Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
30 Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
31 Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
32 Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
33 Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »
34 Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth.
35 Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades.
36 Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.

Méditation 

Que de vagues ces semaines ! Elles arrivent de façon régulière, et pourtant à chaque fois elles nous surprennent. Les mesures d’hygiènes, puis la limitation des grands rassemblements, la fermeture des écoles, puis des magasins. A quand la prochaine ?

Ces vagues peuvent nous déstabiliser, nous assommer, nous effrayer. C’est légitime ! Surtout que nous en sommes parfois submergés dès qu’on allume la télévision ou la radio, ou qu’on se connecte sur un ordinateur. 

Ce matin j’aimerais, à la suite de Jésus dans l’Évangile, nous inviter à poser notre regard sur autre chose pour un moment. Non pas dans le déni ou l’indifférence, car quoi que nous voulions nous sommes au milieu des vagues comme les disciples sur leur barque au milieu de la tempête. 

Invitation ce matin à poser notre regard sur le Christ afin de cultiver la confiance. Cheminons avec Pierre : il est parmi les disciples peut-être le plus téméraire et le voici qui, voyant Jésus s’avancer sur les eaux tumultueuses, veut le rejoindre au cœur de la tempête.

« Viens ! » lui dit Jésus. Le Christ sait que Pierre a en lui toute la foi nécessaire pour traverser les vagues si grosses soient elles. D’ailleurs au début Pierre marche à son tour sur les flots.

Soudain il se met à couler. Que s’est-il passé ?

« Voyant la force du vent il eu peur » (v. 30) Pierre a quitté le Christ du regard et il s’est mis à regarder la force du vent, l’ampleur des vagues, la puissance de la tempête… et il a commencé à sombrer.

Lorsque son regard était fixé sur le Christ, il traversait la tempête, mais dès qu’il l’a quitté des yeux pour se concentrer sur les vagues et sur le vent, la peur l’a emporté sur la foi.

Nous aussi nous sommes au cœur d’une tempête, les vagues sont partout autour de nous. Et je ne parle pas seulement du virus, car d’autres vagues toutes aussi grandes secouent la planète à divers endroits du globe, aux portes de l’Europe comme plus loin encore.

Nous avons à cultiver notre confiance pour ne pas nous laisser submerger et finalement engloutir par ces vagues. 

Fixons notre regard sur le Christ, ayons confiance. Même quand on a l’impression de couler, même quand les vagues semblent trop grandes et ont raison de notre foi, le Christ attrape notre main et nous tire hors de l’eau.

Secoués dans notre barque, au milieu d’une tempête, Jésus vient à notre rencontre.

« Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre. » (Ps 124, 8)
Amen.

(Ludovic Papaux)

(silence ou chant)

 

Prière

Seigneur Jésus, tu sais, parfois j’ai peur, comme les disciples dans la tempête, comme les disciples te voyant marcher sur l’eau dans la nuit.

Seigneur Jésus, parfois je n’ai pas confiance car j’ai peur que ceux que j’aime disparaissent.

Seigneur Jésus, parfois j’ai peur quand je vois le mal et la méchanceté autour de moi.

Seigneur Jésus, parfois je n’ai pas confiance en moi quand je ne fais pas le bien que je coudrais faire.

Alors Seigneur, prends-moi par la main et dis-moi à l’oreille : « c’est moi, n’aie pas peur ! »

Je veux écouter ta voix, je veux te faire confiance, je veux croire à ta parole. 

Amen !

(Emmanuelle Seyboldt)

 

Pour les malades dans les hôpitaux ou chez eux,
Pour les personnes seules et isolées,
Pour le personnel médical et tous ceux qui travaillent au service de la population dans les différents domaines de la société,
Pour nos aînés particulièrement vulnérables,
Pour les parents dans leurs défis du quotidien,
Pour les enfants et les jeunes en ces temps particuliers,
Pour tous ceux que nous aimons au près et au loin,
Seigneur nous te prions.

C’est pour eux et avec eux que nous te disons :

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal.
Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance, et la gloire,
Pour les siècles des siècles. Amen !

(chant)

Bénédiction

Que Dieu nous bénisse, qu’Il nous protège, qu’Il nous rassure à chaque instant. Il nous donne tous les jours son amour, Lui qui est Père, Fils et Saint-Esprit. Amen !