Suite de la semaine de l'Épiphanie avec aujourd'hui une vue sur le cimetière de nos indifférences. Voilà ce que l'on trouve aux abords de ces containers chargés de recueillir les déchets ménagers. Les sapins déplumés et desséchés sont apportés dans l'attente du recyclage. Le premier est apparu dès le 26 décembre, soit le lendemain de Noël. Je me souviens de la préparation du sapin et de Noël le 24 décembre et le sapin restait en place jusqu'au minimum le 6 janvier. Il pouvait rester en place pour les catholiques jusqu'à la Chandeleur (2 février) jour de la présentation de Jésus au temple. Même les Églises se débarrassent de cet encombrant qui perd ses aiguilles...Pour moi ce paysage des sapins stocké près des ordures me déprime. Noël si attendu et si vite oublié...la naissance du Sauveur espérée et déjà sans effet!
En Marc 6 (45-52), Jésus s'était d'abord retiré pour prier avant d'obliger les disciples à remonter dans la barque pour rejoindre sur l'autre rive, la foule que Jésus lui-même avait congédié. Il prend le risque de revenir alors que la mer est dangereuse. Il aime cette foule et ne peut la laisser sans berger. L'indifférence peut être vaincue par l'amour. Dieu n'est jamais indifférent à nous. (Didier Meyer)
 
Prions:
Seigneur, nous te demandons aujourd'hui d'adoucir nos coeurs et d'y mettre un peu plus d'amour, un peu de plus de compassion, un peu plus de bienveillance. Pardonne-nous d'avoir des coeurs de pierre au lieu et place de coeurs de chair. Remplis mon coeur et ma tête de cette disposition à aimer. Amen.
Bonne année et prenez soin de vous.