Le temps de l'Église nous fait entrer dans ce que l'on appelle le temps ordinaire. Je dois vous avouer que j'ai des problèmes avec cet "ordinaire". Car, pour ce dimanche, le texte de l'Évangile (Marc 1.7-11) nous emmène aux bords du Jourdain où un événement extraordinaire va se produire: le baptême de Jésus par Jean le Baptiste. C'est la première apparition publique de Jésus et c'est bel et bien celui que Jean annonçait.
Encore une fois avec l'Évangile de Marc, nous allons à l'essentiel. La scène semble se dérouler sans témoins: juste Jean Baptiste et Jésus. L'essentiel est là aujourd'hui. Jésus est intronisé comme "Fils bien aimé de Dieu", celui que Dieu lui-même a choisi. Nous avons attendu que les promesses du prophète se réalisent: que les cieux se déchirent (Esaïe 63.19). Voilà que Dieu prend directement contact avec l'humanité. Dieu prend directement contact avec nous. Alléluia! (Didier Meyer)
 
Réflexion complémentaire :
Nous sommes baptisés en Christ; en Christ, nous entendons, personnellement, cette confidence du Père céleste: "C'est toi mon Fils bien-aimé." Merveille qui fait notre joie: Dieu m'aime comme un fils, comme une fille. Vivons cette grâce baptismale de manière à être pour nos frères et soeurs un écho joyeux de la parole de notre Père: "en toi, je trouve ma joie." (in: Ma Prière n°21/2015, page 45)
 
Prions:
Seigneur, merci de permettre aujourd'hui la rencontre entre la terre et le ciel, de permettre la rencontre entre l'humanité et ta divinité. Au jour où nous faisons mémoire de ton baptême, donne-nous Seigneur de faire mémoire du nôtre, en renouvelant les promesses de mon propre baptême et qu'aujourd'hui nous te rendions grâce pour ta constante présence. Amen.
Bon dimanche et prenez soin de vous.