On aurait presque oublié que le psaume de la semaine était le psaume 72. Quel psaume ! Un psaume royal, lu d'ailleurs à l'Épiphanie mais dont on ne retient souvent que le cortège triomphant et les royaumes soumis. Lisons les versets 12 et 13: "Il délivrera le pauvre qui crie et le malheureux qui n'a point d'aide. Il aura pitié du misérable et de l'indigent et il sauvera la vie du pauvre." Aucun dirigeant du monde et des temps n'a réussi à vaincre la pauvreté. La parole du Christ a d'autant plus de valeur: "les pauvres vous les aurez toujours avec vous..." Des dirigeants promettent...: "lors de ma présidence, je ne veux plus qu'un pauvre, qu'un homme, une femme meure dans la rue!" Préoccupés par la pandémie et obsédés par la crise économique et sociale, on a oublié la pauvreté, toujours la dernière roue du carrosse malheureusement. Le roi, l'oint de Dieu, a aussi ce changement à opérer. Qu'il n'y ait plus de pauvres, qu'il n'y ait plus d'inégalités sociales. (Didier Meyer)
 
Prions:
Seigneur, nous oublions tant de fois quel privilège nous avons, de manger à notre faim, d'avoir un toit sur nos têtes et de l'eau à profusion. Et pourtant tous ces conforts ne déclenchent guère des scènes de liesse en nous. Donne-nous de reconnaître et d'apprécier les richesses que tu nous donnes et dont aujourd'hui nous n'imaginons pas de vivre sans. Donne-nous de ne pas oublier ceux qui n'ont pas ce privilège et donne-nous de nous engager pour un monde meilleur. Amen.
Bonne journée et prenez soin de vous.