« Ne nous laisse pas entrer en tentation ». Par cette nouvelle traduction, il nous a été donné l’occasion de préciser que Dieu n’est pas un tentateur, et que la tentation existe…Ce n’est pas Dieu qui nous entraîne ; nous sommes assez capables pour prendre des décisions et choisir des priorités. Le Tentateur va provoquer Jésus à la faute alors qu’il est « prenable ». Dans le désert, tenaillé par la soif et la faim, il est vulnérable (Matthieu 4.1-11). L’occasion était trop belle pour porter un coup à Dieu. Alors bien sûr Satan l’attaque sur les travers humains : la possession de biens, la richesse et le pouvoir. Nous savons que ces courses respectives à la toute-puissance ne se font pas dans des esprits fraternels, de bienséance et de bienveillance. Jésus oppose à tout cela la toute-puissance de Dieu pour renvoyer le Tentateur à ses études, en attendant la prochaine confrontation. Jésus se libère de tout ce qui pourrait encombrer sa proclamation d’une parole de vie. Nous-mêmes nous demandons d’être libérés de tout ce qui fait obstacle à suivre Jésus. (Didier Meyer)
 
Prions :
Ton règne est proche, Père de notre Seigneur Jésus-Christ et notre Père. Nous voyons Jésus poussé au désert par l’Esprit et tenté par Satan. Déjà sa victoire pascale s’annonce et tu veux que sa victoire soit aussi la nôtre. Avec ta grâce, tout est possible. À ton Église, à chacun de nous, accorde toujours cette grâce vivifiante et nous te rendons gloire ensemble ou dans le secret, maintenant et chaque jour. Amen.
Bonne journée et prenez soin de vous.