04 mars
La perte de ses biens matériels n’a pas affecté la foi de Job. Satan demande à Dieu de passer à un palier supérieur : s’attaquer à son corps (Job 2.5). Frappé par un ulcère qui provoque de profondes démangeaisons, sa femme intervient pour le mettre devant ses convictions. Job ne faiblit pas. Au contraire, il rétorque : « si nous acceptons de Dieu le bonheur, pourquoi ne pas accepter le malheur » (Job 2.10). Il ne sait pas encore tout ce qui l’attend. Je connais des personnes qui ont été frappées par le malheur. Et elles ont gardé la foi. Je ne sais pas comment j’aurai réagi par rapport à ce qu’ils ont vécu. Aurais-je eu la force et la persévérance de Job ? Ou la faiblesse et les doutes de son épouse. Seule l’expérience peut le dire, expérience que je ne veux pas forcément faire. (Didier Meyer)
La citation :
Il n’y a que le bonheur qui unisse les gens. Le malheur lui les sépare. Et il ne sépare pas seulement les gens les uns des autres, mais également d’eux-mêmes. (Frédéric Dard)