10 mars
En décembre 2020, nous avons fêté le 250ème anniversaire de la naissance de Ludwig von Beethoven. Le mystère demeure quant à la date exacte de sa naissance soit le 15 ou le 16 décembre 1770. Comment cet homme a-t-il pu composer des chefs d’œuvre alors qu’il a souffert de surdité. « J’ai changé ma souffrance en espérance par la musique » a écrit dans son journal. Sa surdité au fil de sa vie n’a cessé d’augmenter ; il a même pensé dans sa solitude à se donner la mort. Beethoven n’a au contraire de Bach ou de Mozart pas composé de musique religieuse. Une prière figure néanmoins dans le seul opéra qu’il a écrit en 1804, « Fidelio » où il compose une prière qui commence ainsi « Seigneur, qu’est ce qui fait sombre autour de moi » et se poursuit par une supplication à Dieu pour être sauvé de la solitude. Baptisé catholique, Beethoven a lu des extraits du théologien luthérien Christophe Sturm, notamment un extrait qui l’a particulièrement touché : « je veux me reposer auprès de Dieu et accepter tous les changements qu’il m’impose, et ne placer ma confiance qu’auprès de Dieu ». Beethoven n’est pas réputé pour sa foi mais il a recherché de la lumière au milieu de ses ténèbres. « Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur » (Ephésiens 5.8). Quand nous écoutons l’hymne à la joie, avons-nous à faire à un compositeur désespéré ? Belle leçon de vie. (Didier Meyer)
Prions :
Seigneur, dans les ténèbres de ma vie, là où il fait sombre, donne-moi de trouver de la lumière, ta lumière. Amen.