12 mars
Nous prenons connaissance aujourd’hui de l’interpellation de Job adressée à Dieu. Il expose ses griefs contre Dieu. Il doit en même temps reconnaître toute sa petitesse. « Ma vie n’est qu’un souffle » (Job 7.16) et encore « qu’est-ce que l’humain pour que tu lui donnes autant d’importance ? » (Job 7.17). Il s’en prend à Dieu car il ne voit plus ce qu’il a à espérer de la vie et de la bonté de Dieu. La Bible contient des extraits particulièrement virulents à l’égard de Dieu. Dire sa plainte, formuler sa révolte, donner l’exact état de notre moral, tout cela à possible parce que nous croyons que Dieu entendra. Avant d’entrer dans la paix et la sérénité de l’accomplissement de la croix, Jésus lui-même a crié : « pourquoi Seigneur m’as-tu abandonné ? » Il l’a prononcé se sachant déjà accompagné. (Didier Meyer)
 
La citation :
Dieu connaît ton passé ; donne-lui ton présent ; il s’occupe de ton avenir. (E.Modersohn)