6 avril
Paul nous dit un secret aujourd’hui : Dieu veut rendre l’impossible, possible. « Je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés » (1 Corinthiens 15.51). Au retour du Christ nous serons transformés. Serai-je encore moi-même, qu’est ce qui va changer vraiment, là-dessus l’apôtre ne s’étend pas. Notez aussi ce qui fait la particularité de ce texte : « mort, où est ton aiguillon ? » (v.55). L’aiguillon était une sorte de bâton servant à piquer les bêtes pour les diriger et est devenu par la suite un instrument de torture. Ce qui nous attend au retour de Jésus, quand les trompettes nous réveilleront, est une vie qui n’aura plus rien à voir avec celle que nous vivions jusqu’alors. Plus de mort, plus de souffrance, plus de larmes, plus rien qui viendra nous rappeler notre dépendance et situation mortelle. En Christ, est la vie et notre corps mortel revêtira l’immortalité (v.54). (Didier Meyer)
--
Prions :
Dieu vivant et véritable, dont la puissance cachée s’est manifestée en ce jour avec éclat, dispose nos cœurs à te louer et à te bénir ; par la mort et la résurrection de ton Fils, tu as arraché à la mort son aiguillon et tu nous donnes, dès cette vie mortelle, l’espérance d’une vie immortelle. Accorde à ton Eglise de recevoir avec joie et dans l’adoration une nouvelle si glorieuse et de la proclamer avec force dans le monde entier, par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen. (Petit livre de la Prière quotidienne)