7 avril
« Je suis le premier et le dernier, le vivant. Je suis mort, mais je suis vivant à tout jamais et j’ai les clefs de la mort et du séjour des morts » (Apocalypse 1.18). Quelle révélation pour l’apôtre Jean et pour nous. Ce ne sont pas les puissances politiques, scientifiques ou économiques qui diront le dernier mot sur moi. Non, c’est Jésus, qui aura le dernier mot sur ma personne et sur ma vie. Dans le contexte de la persécution romaine, cette parole prend la forme de l’espérance et de la vie malgré une ambiance délétère. La mort n’a pas plus de pouvoir sur les croyants alors que les persécuteurs pensent que la menace de la mort permet de faire taire les plus récalcitrants. Or, les menaces et les intimidations n’ont jamais pu faire taire des hommes et des femmes de conviction. Leur Seigneur, seul et vrai seigneur, est celui qui peut tout pour eux, et décider de leur vie, de leur mort. Lui seul et personne d’autre. (Didier Meyer)
--
Prions :
Nous te prions Seigneur, pour les chrétiens éprouvés par la maladie, l’injustice, le rejet, qui peinent à espérer, à pressentir la victoire de l’Agneau, dans l’espérance de Pâques, par Jésus ressuscité, exauce-nous Seigneur. Amen. (Prions en Eglise n°412/2021, p.137)