13 avril
Ce n’est pas parce que les gens ne disent rien, qu’ils n’en pensent pas moins. On parle dans nos sociétés de majorité silencieuse et cette majorité comme elle ne s’exprime ou n’a pas l’occasion de s’exprimer, il se trouve que l’on ne la considère guère. Il faut souvent des votations pour qu’elle s’exprime et il arrive ainsi que des élus tombent de haut, parce que cette majorité silencieuse n’a pas voté pour eux. Alors, seulement là, les élus ou d’autres s’aperçoivent qu’ils ont sous estimé cette majorité silencieuse, qui n’a eu d’autres moyens de s’exprimer que par le vote à bulletin secret. Beaucoup se taisent, non parce qu’ils n’ont rien à dire, mais parce que d’autres ont pris la parole, parlent plus fort et étouffent leur voix.
C’est la réflexion qui m’est venue en lisant Esaïe 42.14 : « Longtemps, j’ai gardé le silence, je me suis tu, je me suis retenu de parler, mais désormais, je vais crier comme une femme en train d’accoucher. » Même Dieu a gardé le silence, comme il le confie à son prophète. Aujourd’hui c’est fini. Dieu reprend l’initiative, et il ne parle plus, il crie pour qu’on l’entende, pour redresser ce qui a été tordu (v.16). Que Dieu vienne aussi crier dans ma vie sur mes frustrations et déceptions pour changer les ténèbres en lumière. (Didier Meyer)
--
Prions
Seigneur, Ta parole est lumière venue dans le monde en notre chair. Au plus profond de moi-même, ta Parole est paix et joie. Tout au long des jours, chaque instant de choix, entre ce qui conduit à la vie et ce qui mène à la mort, est ton appel à la vie. Dans les événements de ce jour, donne-moi la grâce d’entendre ta Parole et de venir à la lumière. Arrache-moi à mes ténèbres, à toute tentative d’exister en dehors de toi. Rends-moi vigilante à ta Parole. Amen. (prière de Maja traductrice à Paris, Revue Prier d’Avril 2010)