19 avril
Je me suis un jour amusé à répertorier les personnes que je connaissais. Et puis comme un coup derrière la tête : est-ce que ces personnes que tu comptabilises, est-ce qu’elles te connaissent, est-ce qu’elles t’ont mis sur la liste de leurs connaissances ? Le Christ ne fait pas de comptabilité. Il place ses connaissances au niveau des relations qu’il entretient avec elles : « Je suis le bon berger. Mes brebis écoutent ma voix. Je les connais, car elles me suivent. Et je leur donne la vie éternelle » (Jean 10.27-28). L’appel de Jésus, l’invitation à le suivre, est adressé à tous. Encore faut-il que cette invitation soit entendue. La relation du troupeau avec le berger est forte. Moi je peux passer devant un troupeau, appeler les animaux mais ils ne bougent pas. Déjà au bruit de sa voiture, le troupeau commence à bouger et accourt carrément quand le berger entre dans l’enclos. Une telle confiance dans le maître, voilà ce que j’aimerais acquérir. (Didier Meyer)
--
Prions :
Jésus envoyé du Père, tes brebis te suivent parce qu’elles connaissent ta voix. Nous voulons te suivre, nous voulons connaître ta voix. Aide-nous à gérer celles qui nous habitent, à discerner la tienne. Aide-nous à comprendre ton langage, ta Parole. Conduis-nous dans cet apprentissage. Amen. (in : Prières de chez nous, p.25)