28 avril
Je reviens en quelques lignes sur le personnage de Thomas. En Jean 20.15, il déclare solennellement et devant témoins : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je n’y mets pas mon doigt et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas. » Thomas par cette déclaration est devenu le symbole de l’incrédulité. Cité 7 fois dans l’Évangile de Jean, nous découvrons que nous ne pouvons pas réduire sa personnalité à cela. Thomas encourage les disciples à accompagner Jésus auprès de Lazare : « Allons-y, nous aussi, afin de mourir avec lui » (Jean 11.16). Phrase ambigüe à prendre à deux degrés : allons avec lui faire le deuil, et puis un degré plus obscur, allons-nous aussi mourir ? Dans la référence suivante, il y a quelque de chose de plus profond. Il s’interroge : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pouvons-nous en savoir le chemin ? » (Jean 14.5). Jésus parle dans cet extrait de la place qu’il réserve à ses disciples dans la maison de son Père. En trois fois, Thomas nous montre sa personnalité. Ce que Jésus dit et faire, a de l’impact sur lui jusqu’à susciter des réactions et des interrogations en lui. Dans le récit de Jean 20.19-29, il est question de doute. Jésus rencontrant des foules et annonçant la bonne nouvelle, Jésus accompagnant et guérissant, Jésus proche des plus faibles et dérangeant les autorités politiques et religieuses : pour cela, nous pourrions être d’accord. Mais Jésus ressuscitant, ayant séjourné au royaume des mort pour se lever trois jours après. Toujours aussi d’accord ?
Le doute de Thomas nous renvoie à nos propres doutes. Pour ma part, les doutes que j’ai traversés, ont fait grandir ma foi. Et j’ai pu affirmer avec de nouvelles forces : Jésus, mon Seigneur et mon Dieu. Et vous ? (Didier Meyer)
--
Prions :
Heureux ceux qui ont croient sans avoir vu ! Heureux ceux qui proclament Jésus leur Seigneur et leur Dieu ! C’est le Seigneur des vivants, le premier-né d’entre les morts ! Comme à Thomas, il nous découvre dans ses blessures la preuve de sa victoire ! C’est le Seigneur des promesses, devenu pain de chaque jour. Il est présent au milieu de nous, lui qui nous bénit et qui nous accompagne tous les jours de notre vie. Amen. (Cahiers de Prions en Église N°273-2021)