14 mai
Notre semaine consacrée à la prière se poursuit par le texte de Timothée (1 Timothée 2. 1-8). Paul insiste auprès de son élève sur la nécessité de prier pour les autorités. Devons-nous pour autant soutenir par la prière des régimes dictatoriaux? Dans les liturgies au moment de l’Allemagne nazie, il était prévu de prier pour le Führer. Les pasteurs et les prêtres risquaient même gros s’ils l’oubliaient. Peut-on soutenir chaque dirigeant, chaque système sous prétexte que des hommes et des femmes exercent l’autorité pour vivre en paix. Et quand ces mêmes autorités oppriment le peuple, réduisent la liberté d’expression, font régner la terreur, qu’en est-il ? Dans son développement, Paul n’est pas allé aussi loin. La seule chose que je dirai, c’est que nos responsables politiques, sont toujours agréablement surpris quand on leur dit, que chaque dimanche nous prions pour eux, pour demander sagesse et discernement dans leurs décisions. C’est notre témoignage dira Paul un peu plus loin et notre rôle : soutenir comme nous le pouvons, ceux et celles qui s’engagent pour la « polis », la ville et ses habitants, et ses visiteurs. (Didier Meyer)
--
Seigneur, le monde entier a besoin que tu le conduises. Seigneur, éclaire les peuples qui t’ignorent. Soutiens ceux auxquels tu as confié le gouvernement et la direction des États. Donne discernement et sagesse. Amen.