3e dimanche de Pâques

« Voyez, touchez… c’est bien moi » 
Luc 24, 39


 

Peu avant Pâques, le site du journal Réformés.ch a publié les chiffres d’un sondage : seulement 23% des protestants croient à la résurrection physique de Jésus. Et seulement 26 % des Suisses dans leur totalité. L’Évangile de ce matin nous invite précisément à nous arrêter sur ce terme : « résurrection physique ». La rencontre du Christ ressuscité avec les disciples ne laisse aucun doute : il s’agit bien d’une résurrection physique. Le tombeau vide n’est pas une métaphore symbolique. L’Évangile est extrêmement concret. C’est bien un corps qui se présente devant les disciples. « Regardez…. Touchez, c’est bien moi », dis Jésus. Et dans l’Évangile de Jean, Jésus dit à Thomas « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté. » Ce n’est pas une idée qui est ressuscitée à Pâques, comme certains le laissent entendre. Ce n’est pas un concept théologique qui s’est relevé. Ce n’est pas non plus un symbole qui voudrait dire autre chose…. C’est une personne qui est ressuscitée. Une personne qui parle, mange, bois, et se laisser toucher.

L’apôtre Paul amène un discours sans ambiguïté sur la résurrection du Christ :

Si le Christ n’est pas ressuscité, notre foi est vaine : la foi c’est une relation avec une personne vivante, et non la croyance en un concept.

Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide : non seulement notre prédication mais aussi toutes les actions et paroles de Jésus seraient vides.

Si le Christ n’est pas ressuscité, nous sommes toujours dans nos péchés : la prière du Christ sur la croix « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » serait restée sans réponse. La résurrection est l’exaucement de cette prière.

Si le Christ n’est pas ressuscité, l’Église ne sert à rien : elle serait un service social en moins efficace que deux de la société.

Si le Christ n’est pas ressuscité, le baptême n’a pas de sens : c’est un signe de vie et non de mort.

Mais le Christ est ressuscité. C’est ce que nous dit le verset 20 : « Mais, en réalité, le Christ est revenu d’entre les morts, en donnant ainsi la garantie que ceux qui sont morts ressusciteront. » Le Christ est ressuscité : notre foi peut se reposer sur Lui car il est vivant. Nous pouvons le prêcher et nous avons l’attestation que nos pêchés sont pardonnés par la résurrection. Nous pouvons baptiser et être baptisés au nom de Jésus-Christ vivant et servir notre Seigneur. Le Christ est ressuscité et il est présent dans son Église. Le Christ est présent parmi nous : il parle, il appelle, il console, il guéri, il délivre, il nous réconcilie avec Dieu, il pardonne…il nous sauve. Soyons toutes et tous ressuscités avec lui. (Ludovic Papaux)

 

Textes du jour : 
1 Corinthiens 15, 1-23 / Luc 24, 35-48