4 Avril
Nous retrouvons les femmes en ce dimanche, se rendant au cimetière sous prétexte d’embaumer le corps de Jésus alors qu’une grosse pierre obstrue le caveau. Cela n’a pas de sens. Elles vont au cimetière en n’espérant rien. Et qu’attendent les gens qui se rendent chaque jour au cimetière pour se recueillir devant la tombe de ceux qui leur sont chers ? La mort a gagné, fin de la représentation.
Pour les femmes de l’Évangile (Marc 16.1-8), une surprise les attend. La pierre est roulée, un messager est assis dedans. Celui-ci prend la parole : « Ne vous effrayez pas, vous cherchez Jésus de Nazareth le crucifié, il est ressuscité ! » (Marc 16.6). Le mort n’est plus parmi les morts. Voilà où l’évangéliste Marc voulait nous amener : la primeur de la résurrection, de cet évènement sur tous les autres. Jésus a vaincu la mort, il est vivant. Si la montée vers la croix représentait une défaite, aujourd’hui elle est victoire. C’est l’autre côté de la face, celle où le crucifix avec le Christ en croix, devient une croix vide. Il n’est évidemment plus sur la croix mais il est ressuscité. La croix vide me convient parfaitement. Le tombeau vide surprenant et inquiétant à la fois pour les femmes, est désormais réalité : pourquoi cherchez parmi les morts celui qui est vivant. Pour nous une réflexion : avons-nous besoin d’une tombe alors que nous sommes appelés avec Jésus à la vie éternelle. On dit que la tombe peut être le repère consolateur pour la famille. Pour moi, personnellement, la vie m’est un gain et elle est éternelle. Jésus est allé au bout. Alléluia ! Jésus est ressuscité, il est vraiment ressuscité ! (Didier Meyer)
----
Prions :
En ce matin de Pâques, nous te louons et nous te bénissons Dieu notre Père. La résurrection de ton Fils Jésus-Christ nous révèle ton amour infini, source de vie à jamais plus puissante que la mort. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.
(Cahiers Prions en Eglise n°273/2021)